Homepage

Economie et immobilier : défiscalisation, placements et patrimoine

Aujourd’hui, la vie coûte de plus en plus cher et ce, quels que soient vos revenus. En effet, la politique fiscale française veut que plus vous gagnez d’argent, plus vous allez payer d’impôts. En quelque sorte, c’est normal. Cependant, personne ne souhaite payer plus qu’il ne faudrait. Afin de payer moins d’impôts, le gouvernement français a mis à disposition des contribuables plusieurs dispositifs de défiscalisation.

Dispositifs de défiscalisation immobilière

En matière de défiscalisation, l’immobilier constitue une valeur sûre. En effet, il s’agit d’un investissement rentable et pérenne et ce, depuis des décennies. Cela s’explique par le fait qu’il subsiste un manque de logements en France : 500 000 par an. Cela s’explique par de nombreux phénomènes : le taux de natalité, le dynamisme des grandes villes, les nouveaux modes de vie, l’exode rural, les séparations, les familles recomposées, l’immigration, etc…

L’écologie participe également à ce déficit de logements. En effet, l’enjeu écologique impose de nouvelles normes pour que les habitations soient moins énergivores. Et cela passe par la construction de logements neufs ou la rénovation de biens anciens.

Si vous souhaitez faire des économies d’impôts grâce à l’immobilier, voici les principaux dispositifs de défiscalisation immobilière.

Loi Pinel

La loi Pinel est un dispositif fiscal qui a été mis en place en 2014 par Sylvia Pinel. Le principe est simple : investir dans un logement neuf d’un montant maximal de 300 000€ et le mettre en location pour une durée de 6, 9 ou 12 ans. En contre-partie, l’Etat octroie à l’investisseur un crédit d’impôt équivalent à 12%, 18% ou 21% en fonction de la durée de l’investissement Pinel. L’investisseur peut alors prétendre à une économie d’impôt de 63 000€ maximum.

LMNP

Le statut LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) constitue l’un des plus anciens dispositifs de défiscalisation immobilière. Comme son nom l’indique, le statut permet d’acquérir un bien immobilier et le mettre en location en meublé afin de profiter d’avantages fiscaux non négligeables, notamment être exempté d’impôts sur ses revenus locatifs.

Loi Censi-Bouvard

La loi Censi-Bouvard vient en complément du statut LMNP. Il permet au Loueur Meublé Non Professionnel d’économiser 11% du coût de son investissement répartie sur 9 ans. L’investisseur peut également récupérer la TVA. Pour profiter de ces avantages fiscaux, l’investisseur doit investir dans une résidence services : résidence étudiante, résidence sénior ou encore les résidences de tourisme.

Loi Cosse

Tout nouveau dispositif de défiscalisation immobilière, la loi Cosse permet aux investisseurs qui louent leurs biens à des tarifs modestes à des foyers dans le besoin, d’économiser sur leurs impôts jusqu’à 85% des revenus locatifs.

Placements financiers

Afin de payer moins d’impôts, vous pouvez également décider d’investir dans des placements financiers. Ces derniers sont un peu plus risqués mais peuvent être plus lucratifs à court terme si vous l’âme d’un financier.

Assurance-vie

Parmi les placements préférés des Français, l’assurance-vie est proposée par votre banque ou votre compagnie d’assurance. Le principe est simple : épargner un montant tous les mois, que l’organisme va investir pendant toute la durée de votre placement. En 2014, l’assurance-vie offrait un taux de rendement moyen de 2,5%. Les intérêts d’une assurance-vie ouvrent également à une fiscalité avantageuse.

FCPI

Investir dans des Fonds Communs de Placements pour l’Innovation (FCPI) consiste à apporter du capital à des PME innovantes qui souhaitent financer leur développement. En contrepartie, l’investisseur bénéficie d’une réduction fiscale équivalente à 18% du montant investi. A noter cependant que l’investisseur s’engage à conserver ses parts de FCPI pour une durée minimum de 5 ans.

Comptes et livrets d’épargnes

Placer son argent sur un compte ou un livret d’épargne ne vous rendra pas riche mais sera complètement sûr ! En effet, les taux d’intérêts sont de 0,75% pour un livret A et un livret de développement durable et solidaire (LDDS), de 1,25% pour un livret d’épargne populaire (LEP) ou encore de 0,5% pour un compte épargne logement (CEL) mais au moins vous serez sûrs de retrouver votre argent, avec quelques intérêts.